Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>

Le Rotary a une éthique

L’éthique du rotarien

  • Est-ce conforme à la vérité ?
  • Est-ce loyal de part et d’autre ?
  • Est-ce susceptible de stimuler la bonne volonté réciproque et de créer de meilleures relations amicales ?
  • Est-ce bénéfique à tous les intéressés

 

Le Critère des quatre questions a été formulé en 1932 par Herbert J. Taylor, homme d’affaire et membre du Rotary club de Chicago, puis devenu président du Rotary en 1954-1955.

L’idée lui est venue alors qu’il travaillait au redressement d’une entreprise au bord de la faillite et son sauvetage a été attribué à cette philosophie.

Adopté par le Rotary International en 1934, le Critère des quatre questions constitue le fondement d’une conscience éthique. Il a été traduit dans plusieurs dizaines de langues et les Rotariens en font la promotion dans le monde entier.

Les principes directeurs

Pus particulièrement, il s’engage à :

  1. Mettre à profit les relations et contacts pour servir l’intérêt général.
  2. Observer des règles de haute probité dans l’exercice de toute profession ; reconnaître la dignité de toute occupation utile ; considérer la profession de chaque Rotarien comme un vecteur d’action au service de la société.
  3. Appliquer l’idéal de servir dans la vie privée, professionnelle et publique.
  4. Faire progresser l’entente entre les peuples, l’altruisme et le respect de la paix par le biais de relations amicales entre les membres des professions, unis par l’idéal de servir.