Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
David Goncalves
4 janvier 2019
Un Rotarien interprète de justice, pour Yong Li c'est une action citoyenne

Un Rotarien interprète de justice, pour Yong Li c'est une action citoyenne

En parallèle de son travail de chercheur en sociologie, Yong Li est interprète assermenté en mandarin auprès de la Cour d'appel de Rouen. Présentation de cette activité méconnue.

L’égalité face à la justice est un principe fondateur de la démocratie. À son humble niveau, Yong Li, 36 ans, y contribue. Comment ? En étant interprète assermenté auprès de la Cour d’appel de Rouen (Seine-Maritime). Une activité complémentaire, dont l’importance n’est pas forcément connue du grand public.

Pas de formation juridique

Chercheur en sociologie au CNRS, arrivé de Chine pour effectuer ses études en France en 2003, Yong Li exerce comme interprète en mandarin, en parallèle de son métier. « J’ai commencé pendant ma thèse en 2009 », se souvient-il.

"C’est une amie polonaise qui m’avait suggéré ça, comme un complément de revenus."

Mais la démarche de Yong Li était également altruiste : « C’était l’occasion d’acquérir un peu d’expérience juridique, mais aussi de pouvoir aider mes compatriotes. »

Il s’est donc présenté au greffe du tribunal de grande instance pour déposer sa candidature afin de devenir expert traducteur-interprète assermenté (ETI). La démarche n’est finalement pas si compliquée. « On m’a fait remplir un dossier dans lequel j’ai dû donner mon CV, mes diplômes, mes publications, mes motivations… » liste Yong Li.

S’ensuit une enquête de moralité menée par la police, qui se conclut le plus souvent par un rendez-vous au commissariat ou à la gendarmerie pour vérifier les informations. Nul besoin d’avoir des compétences juridiques, c’est la compétence linguistique qui prime.

« Les clients m’assimilent parfois à leur avocat »

Une fois sa candidature retenue, Yong Li a donc commencé à exercer. L’essentiel de son activité de traducteur interprète assermenté consiste à traduire des documents administratifs et juridiques. Le reste du temps, il intervient au côté des justiciables. « De mon point de vue, je suis là pour faciliter la procédure juridique », explique-t-il.

"J’interviens le plus souvent auprès de migrants en situation irrégulière, lorsqu’ils sont face au juge des libertés et de la détention. Je suis là pour les aider à comprendre les interrogatoires et traduire les réponses."

Mais Yong Li intervient aussi au commissariat, en centre de rétention, dans les prisons et peut être appelé à toute heure. « Je dois être sollicité quatre ou cinq fois par an en moyenne, au tribunal », estime-t-il. Son principal souci « comprendre tout ce qui est dit, notamment les termes juridiques, pour ne pas dire n’importe quoi au justiciable. Souvent, je demande aux juges ou aux avocats de répéter ou de m’expliquer pour être sûr de comprendre ». Ce qui donne parfois lieu à des confusions.

"Il arrive que des justiciables m’assimilent à leur avocat ou bien me demande de produire des documents juridiques alors que moi, je ne suis là que pour traduire."

Environ 5 000 euros par an

Ce qui n’a pas empêché Yong Li de s’enrichir de ces rencontres. « C’est vraiment très intéressant d’un point de vue personnel et intellectuel », se réjouit-il. « J’ai établi des liens intéressants et forts avec des clients et des avocats. »

"En tant que sociologue, je suis assez sensible aux parcours de vie."

Cette activité l’amène aussi à s’interroger sur le fonctionnement de la justice française, qu’il juge « coûteux et lourd. Il y a souvent des lourdeurs bureaucratiques qui ralentissent les affaires. Face à cela, certains justiciables s’épuisent et abandonnent parce qu’ils en ont marre ».

Malgré les faibles revenus qu’il en tire, « environ 5 000 euros par an pour l’ensemble de mon travail, y compris pour des particuliers et des entreprises », Yong Li n’est pas près d’arrêter son activité d’interprète car « c’est aussi une action citoyenne ».

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
St Hilaire du Harcouët: Marcher ou courir pour la recherche ...

St Hilaire du Harcouët: Marcher ou courir pour la recherche ...

Manifestation MARCHER ET COURIR 2021.Comme l'an dernier, le Club de Saint Hilaire du Harcouët...

Michel Penlae
10 avril 2021
Comme sur des roulettes pour les cartables du Havre

Comme sur des roulettes pour les cartables du Havre

Le ROTARY club LE HAVRE a fait don grâce au District d'une quinzaine de cartables à roulettes...

Michel Penlae
6 avril 2021
Dieppe Côte d'Albatre: 576 bouquets pour Louane !

Dieppe Côte d'Albatre: 576 bouquets pour Louane !

Louane, cette jeune fille de bientôt 14 ans, souffre d’une Insuffisance Motrice Cérébrale...

Michel Penlae
6 avril 2021
Saint-Lô : 100 flacons de gel hydroalcoolique pour la Croix Rouge.

Saint-Lô : 100 flacons de gel hydroalcoolique pour la Croix Rouge.

Poursuivez ici selon votre inspiration...France Clément de Colombière, présidente du Rotary Club...

Michel Penlae
7 mars 2021
Le 15 Mars, on donne son sang à Pont Audemer

Le 15 Mars, on donne son sang à Pont Audemer

La prochaine collecte de sang à Pont Audemer aura lieu le lundi 15 mars, à la salle de la Risle,...

Michel Penlae
7 mars 2021
St Hilaire du Harcouët : 100 Tickets Restaurant pour le CCAS

St Hilaire du Harcouët : 100 Tickets Restaurant pour le CCAS

(article et photo  OUEST-FRANCE du 24/2/2021)« Servir d’abord », la devise du Rotary à laquelle...

Michel Penlae
25 février 2021
Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus