Menu icoMenu232Dark icoCross32Dark
<
>
Retour
David GONCALVES
28 novembre 2018
Olympiades de Métiers, Un jour, un métier : Maçon

Olympiades de Métiers, Un jour, un métier : Maçon

Caen accueillera les finales nationales des Olympiades des métiers du 29 novembre au 1er décembre 2018. Une compétition exceptionnelle qui permet aux jeunes de toute la France de mesurer leur savoir-faire dans plus de cinquante métiers. Nous vous en présentons un chaque jour. Aujourd’hui : maçon. Des Beaux-Arts au centre de formation pour adultes : le pas était grand. Céline l’a franchi pour devenir maçon, spécialisée dans le bâti ancien.

Ce jour-là, Céline Deside est à l’oeuvre sur un chantier de démolition. Armée d’un burineur à percussion d’un poids de 5-6 kg, elle fait tomber des pans de murs intérieurs de ce superbe manoir de Saint-Malo. Gagnée par la mérule, un champignon qui dévore le bois, cette majestueuse bâtisse fait l’objet d’une importante rénovation. « Démolir n’est pas la partie la plus intéressante de mon travail, mais j’apprends plein de choses, confie Céline, le corps recouvert de poussière. Là, on voit du lattis bois avec un enduit terre de 1850. Ici, du plâtre qui doit dater de 1900. Là, du polystyrène, cache-misère des années soixante-dix. »

Les murs dégarnis, il faudra les recouvrir. C’est la spécialité de Céline qui travaille sur ce chantier pour « Au pied du mur », une entreprise malouine agréée patrimoine. La jeune femme manie aussi bien la chaux, que le stuc, le badigeon, le fresco…

Bac L, un an en fac d’espagnol, deux ans aux Beaux-Arts. Céline a un parcours atypique. « Je suis sensible à la couleur, à la matière. Mais, je trouvais les études trop conceptuelles. Moi j’aime toucher, créer. Alors je suis partie faire des stages en entreprises, puis au Maroc, pour apprendre les enduits. »

De retour en France, elle passe un CAP de maçon, mention bâti ancien. « Il y a quatre ans, je me suis mise à mon compte. Je commence à être connue dans le milieu et on me demande souvent pour des enduits. »

On peut être étonné de voir une jeune femme d’un mètre soixante-cinq, 55 kg, effectuer un travail qui nécessite force et endurance. « Étant jeune, j’ai fait les huîtres. Ça endurcit ! sourit-elle . Et puis, il faut savoir s’organiser ! » L’auto-entrepreneure apprécie le côté manuel de son travail, ainsi que son indépendance. En septembre, en parallèle de ses chantiers, elle débute une formation à l’université de Rennes, « pour approfondir mes connaissances dans la restauration du bâti. 2-3 jours à la fac toutes les trois semaines, pendant deux ans. J’ai encore à apprendre ! »

0 commentaire(s)
Aucun commentaire pour le moment.
Consultez également
Timbrés ? Oui ! Affranchissons nous de la Polio. - DISPONIBLES ! -

Timbrés ? Oui ! Affranchissons nous de la Polio. - DISPONIBLES ! -

Mise à Jour:  Les timbres sont disponibles. Le Carnet de 8 timbres (lettre prioritaire) +...

Michel PENLAE
8 juillet 2021
La Fondation et 5 clubs luttent contre la COVID

La Fondation et 5 clubs luttent contre la COVID

Le Club Rotary « Rouen Flaubert » a porté une très belle action avec le Centre Hospitalier...

Michel PENLAE
16 juin 2021
La Normande LÉA LECARPENTIER à l'honneur !

La Normande LÉA LECARPENTIER à l'honneur !

Léa, de notre district, après avoir remporté le prix régional, se voit sur le podium, à la 4ème...

Michel PENLAE
16 juin 2021
11 clubs au secours des élèves de Beyrouth

11 clubs au secours des élèves de Beyrouth

Plusieurs clubs du District 1640, en partenariat avec la Fondation Maronite du Patriarche à...

Michel PENLAE
16 juin 2021
Aidons l'Interact St-Jo (le Havre) qui se mobilise pour le Liban ...

Aidons l'Interact St-Jo (le Havre) qui se mobilise pour le Liban ...

L’Interact Club Le Havre St-Jo mène une action pour le SNC (Shouf National College), un...

Michel PENLAE
22 mai 2021